mardi 16 mai 2017

Blog à l'arrêt, voire arrêt du blog

Je n'ai pour le moment plus le courage de poursuivre ce qui est entrepris ici alors même qu'il y aurait encore tant à faire. J'en suis rendu, depuis déjà un certain temps, au point où "je perçois  l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire." (Castoriadis, Une société à la dérive, p. 79)

dimanche 15 janvier 2017

Sommaire du blog

Eléments du cours
Quel est le sens d'un enseignement de philosophie à vocation émancipatrice?
Outils élémentaires pour traiter de psychologie: de la psyché infantile à l'individu social
Aspect de la crise anthropologique des sociétés modernes: la régression narcissique dans la société du spectacle, partie 1partie 2
Le germe grec de la démocratie
Les "démocraties" modernes
Comparaison démocratie antique/moderne d'après Castoriadis
De l'émancipation des femmes (inachevé)
Bleu-blanc-rouge, aperçus élémentaires de philosophie et d'histoire politiques modernes, introduction
1- Bleu-blanc-rouge: la tripartition du champ politique au XIXème siècle
2- Bleu-rouge vs blanc, le grand tournant de l'affaire Dreyfus
3- L'effacement du clivage droite-gauche, sous l'emblème du drapeau bleu
4- Le cocktail du populisme d'extrême droite.
Epilogue: que faire?
Autour de l'hypothèse d'un revenu inconditionnel. Des défis qui attendent l'humanité. Introduction générale
1) La question de la superfluité humaine
a) Le mouvement des enclosures de la terre
b) La tragédie actuelle de la famine dans le monde
c) Les racines historiques de l'institution des camps de concentration
d) La gestion libérale de la superfluité humaine: darwinisme social de type libéral ou socialiste?
e) Thomas Paine et le revenu inconditionnel
2) La question du renouvellement des gisements du don ou réencastrement de l'économie. Introduction
a) Principes d'intégration économique dans l'histoire humaine
-Les sociétés primitives et la réciprocité
-Les sociétés archaïques et la redistribution
-L'administration domestique
-Les sociétés modernes de marché et l'échange
b) Introduction au problème central de l'histoire sociale des temps modernes
-Son traitement libéral: la radicalisation de l'économie de marché
-Critique du capitalisme cognitif(suite)(suite et fin)
-L'utopie destructrice de la société de marché
c) Qu'est-ce qu'un socialisme de liberté?
-Renaissance de la société primitive à un niveau supérieur
-Socialisme ou barbarie
-Hiérarchisation des principes d'intégration économique dans une société complexe suivant un socialisme de liberté
d) Revenu inconditionnel, revenu de citoyenneté
e) Travailler pour avoir un revenu ou avoir un revenu pour travailler
Philosophie de la monnaie. Introductionpartie 1 (inachevé)


Sujets de dissertation
L'homme est-il un être naturellement sociable?
En quel sens l'homme est un être de culture? Partie 1 Parties 2 et 3, (inachevé)
Toute morale est-elle contre nature? Partie 1 Partie 2 Partie 3 Partie 4
En quel sens la liberté et la connaissance de soi sont liées? Partie 1 Partie 2 Partie 3
Quelque chose peut-il valoir que l'on donne sa vie? Partie 1 Partie 2 Partie 3 Partie 4
La vocation de l'artiste est-elle de divertir?
Autrui est-il une limite à ma liberté?
Quel est le pouvoir des mots?
Sommes-nous prisonniers du temps?
Faut-il souhaiter la disparition de l'Etat-providence?
Faut-il se soucier des conséquences de ses actes?
Faut-il vivre avec son temps?
Etre libre, est-ce faire ce qui nous plaît?
Les guerres sont-elles des effets de la nature humaine?
Peut-on dire d'une société qu'elle est supérieure à une autre?Variante du même sujet
La vérité est-elle libératrice?
Connaître, est-ce le privilège de la science?
Le déroulement de l'histoire manifeste-t-il un progrès?
Faut-il critiquer la démocratie?
Qu'est-ce qu'un homme libre?
La révolte peut-elle être un droit?
Une société juste est-elle compatible avec l'existence d'inégalités?

Explications de texte
Castoriadis, la fête assiégée, partie 1 partie 2 partie 3 partie 4
Kant, de l'impossibilité d'instituer une justice publique
Marx, de l'ascension sociale
Russell, les Temps modernes
Montesquieu, l'esprit de commerce
Nietzsche, activité libre ou salariat
Kant, de l'éducation
Aristote, de l'egoïsme
Freud, l'avenir d'une illusion
Pascal, le bonheur introuvable (séries techniques)
Aristote, de la démocratie
Bergson, la critique du machinisme (séries techniques)

Etudes d'oeuvres choisies
H.Arendt, Réflexions sur la Révolution hongroise, introduction + partie 1, le totalitarisme
Partie 2, le système des conseils
Partie 3, la question sociale
Partie 4, la question sociale (suite et fin)
Analyse critique des médias de masse à partir de l'oeuvre choisie B. Russell, Pensée libre et propagande officielle:
Partie 1) La dénaturation des témoignages et les pénalités économiques
Partie 2) Les filtres de l'actionnariat et de la publicité
Partie 3) Les filtres de l'actionnariat, de la publicité et des sources d'information
Partie 4) La cooptation des experts
Partie 5) Le filtre de l'anticommunisme
Partie 6) Conclusion

Méthode de la dissertation
Comment poser un problème pour introduire un sujet
Méthode de la dissertation,les principes: problématiser, conceptualiser, argumenter

Eléments de réflexion divers
De l'anti marchandise:la perruque
Eléments d'auto défense-intellectuelle: sur le signifiant "terrorisme", partie 1 partie 2 partie 3partie 4
Exercice sur le thème de la propagande: le cas du Téléthon
Etre informé sans rien comprendre: la famine en Somaliele tremblement de terre en Haïti
Le capitalisme
Notes à partir d'une conférence de B. Friot sur l'enjeu des retraites, partie1partie 2partie 3partie 4
Exercice à partir d'une citation de J. Goebbels:"Cela peut être une bonne chose de détenir le pouvoir par les armes mais il est de loin préférable de gagner le coeur de la nation et de gagner son affection."
Comment l'enseignement de philosophie peut être le couronnement du projet d'une éducation nationale
Remettons les choses à l'endroit; texte de Marx sur l'éducation
Texte d'Abu Ya-qub Sejestâni
Appel du conseil national-de la résistance







jeudi 12 janvier 2017

En quel sens l'homme est un être de culture? (Parties 2 et 3)

2) Implication de la néoténie sur le plan psychologique 
a) la folie humaine
Sur le plan de l'analyse psychologique, l'homme est un être de culture en ce sens que c'est la culture qui va  apporter le remède à sa folie native. Un des grands apports de la pensée moderne, en particulier avec la psychanalyse, a été de mettre à mal la définition traditionnelle que l'on  donnait de l'être humain comme un être doué de raison. "Les hommes naissent fous" , au contraire, comme l'affirmait S. Beckett et d'autres avec lui:"(...) contrairement au vieux lieu communce qui fait de l'homme un homme n'est pas qu'il est raisonnable ou rationnel - ce qui de toute évidence est une aberration. Il n' y a pas d'être plus fou que l'homme. " (Castoriadis,  La montée de l'insignifiance, p. 111) Voilà qui n'est pas pour rassurer. Ce qui soulève au moins deux questions. En quoi la folie native de l'homme est-elle liée au phénomène biologique de la néoténie? Qu'est-ce que la culture vient apporter comme remède pour soigner l'homme de sa folie?

mardi 10 janvier 2017

En quel sens l'homme est un être de culture? (Partie 1)

Introduction

Commencer par voir que le sujet admet implicitement une chose: l'homme est un être de culture.Tout le problème étant de savoir quel sens il faut donner à cette idée. Qu'est-ce que signifie le fait de définir l'être humain par la culture? Cela va nous renvoyer d'abord à un défaut de sa nature, au fait qu'il naît fondamentalement inachevé, ce que la science aujourd'hui redécouvre sous le concept de néoténie. La culture est ce qui vient suppléer à cet inachèvement  biologique sans quoi l'être humain ne serait tout simplement pas apte à vivre. Les conditions de survie de l'espèce humaine dépendent d'abord du bon fonctionnement  d'institutions que le génie humain a  dû créer pour compenser l'inachèvement biologique de l'espèce.
Démarche pour traiter la question: comme pour tous les sujets qui n'appellent pas de réponse par oui/non, pensez à vous servir, si vous avez du mal à structurer votre réflexion, du plan par analyse de niveaux.
Il faudra d'abord traiter la question sur un plan biologique pour mettre en évidence les marques accentuées de la néoténie chez l'homme qui en font un être inachevé par nature. Nous en tirerons ensuite les implications sur différents plans. Sur un plan psychologique: la néoténie permettra de tordre le cou à une idée reçue qui voudrait voir dans la raison le propre de l'homme; au contraire, elle rend plutôt compte de sa folie native; s'il est un être de culture sur ce plan, c'est au sens où celle-ci vient apporter un remède pour soigner sa folie autant qu'elle peut le faire. Dans les conditions actuelles, il y a un affaiblissement certain de la culture qui devient un obstacle sur la voie de la croissance économique. Les formes actuelles de la folie humaine empruntent à ce que nous qualifierons de "culture du narcissisme". Une crise de la culture est d'abord une crise anthropologique; car, sur ce plan, notre inachèvement biologique signifie que nous ne naissons pas homme; il nous faut le devenir par l'apprentissage d'une culture. La spécificité humaine liée à l'inachèvement biologique  de l'espèce est de nécessiter une éducation qui transformera un être initialement inapte à la vie en un individu capable de faire société avec les autres membres de son espèce. Si l'on peut dire que la culture constitue notre seconde nature qui vient compenser notre défaut de première nature c'est en précisant qu'il faudra renverser la perspective naturaliste habituelle que l'on a sur l'hominisation; ce n'est pas la culture qui succède à la nature; il y a, à l'inverse, une antériorité de la culture qui façonne, à sa façon, l'être biologique de l'homme. C'est finalement sur le plan politique que se reposera la question. En effet, son inachèvement biologique  destine l'être humain à l'autonomie en ce sens qu'il lui revient de se faire à lui-même son propre plan de conduite comme le disait Kant puisque la nature ne lui en a pas laissé. C'est sur la dimension politique de cette destination à l'autonomie qu'il faudra insister en ce sens qu'il revient aux hommes eux-mêmes d' inventer, de questionner et de changer, si elles sont jugées défaillantes, leurs propres institutions en déterminant ce qu'ils veulent devenir. L'inachèvement biologique de l'espèce signifie ici que l'être humain existe d'abord suivant un projet qu'il se donne  et non suivant une nature qui le déterminerait une fois pour toute à être ce qu'il est. L'histoire montre combien le combat pour l'émancipation entendue en ce sens et le projet d'une société autonome est difficile à mettre en oeuvre. Ce qui posera ici  problème c'est le devenir adulte d'un être voué à conserver toute sa vie les marques de sa prématuration.


lundi 2 janvier 2017

Peut-on dire d'une société qu'elle est supérieure à une autre? (bis)

Je propose la variante suivante d'un sujet que j'ai déjà traité ici, d'une façon qui ne m'avait pas pleinement satisfait, et, qui montre bien qu'un même sujet peut-être abordé de multiples façons. Trois éléments m' ont servi de guide. Premièrement, exploiter les éléments du cours vus jusqu'à présent qui sont différents de ceux de la première version du sujet centrés sur la question politique de la démocratie que je n'ai pas encore traité cette année. Deuxièmement, aborder la dernière partie du sujet sous l'angle d'une problématique  du bonheur (notion au programme) comme l'a fait une copie d'un très bon niveau de réflexion. Enfin, en bonus, je suis même parvenu à intégrer dans ma problématique la question cruciale pour notre avenir à tous de l'écologie que rien dans le programme n'encourage pourtant à traiter.
Notions du programme en jeu: principalement la société (l'ensemble du sujet), le bonheur (partie 3b et c), et, accessoirement, la religion (partie 1a), le droit (partie 1b), la justice (partie 3b), le désir (partie 3b) et le temps (partie 3b).
Introduction
Formulation du problème: Notre façon de hiérarchiser les différentes sociétés par la mesure de leur P.I.B. (Produit Intérieur Brut) pour définir leur richesse est extrêmement problématique. Par exemple, un pays qui connait une catastrophe écologique comme une marée noire verra son P.I.B. croître par l'activité économique que génèrent les travaux de dépollution. Il serait pourtant absurde d'en conclure que cette société est plus riche qu'un pays comme le Bouthan qui prend le plus grand soin pour  préserver son environnement naturel. Il nous faut donc définir un autre critère pour évaluer la richesse d'une société, mais lequel?
Démarche pour traiter le problème:
-soumettre à la critique le préjugé économiciste qui prétend hiérarchiser en inférieures et supérieures les sociétés en fonction de la taille de leur P.I.B.
- partant de là, montrer que la notion de richesse d'une société est relative. Dans toute société qui a hérité des formes primitives d'existence, la richesse est pensée en termes de liens sociaux et non de biens matériels accumulés comme c'est le cas dans les sociétés modernes de marché.
-d'où la nécessité de dépasser notre préjugé économiciste et redéfinir notre notion de la richesse pour hiérarchiser tout autrement les différentes sociétés en développant le concept de "Bonheur National Brut" tel qu'un pays comme le Bhoutan l'a inventé et qui est proche de la notion de Buen Vivir (Bien Vivre) que l'on trouve dans la culture amérindienne, les deux  intègrant à la fois le souci de prendre soin de l'environnement naturel et de la richesse des relations sociales et non pas simplement de chercher à faire croître indéfiniment la production d'une quantité purement abstraite de biens matériels.

samedi 17 décembre 2016

L'homme est-il un être naturellement sociable?

Je ne me donnerai pas la peine de développer longuement ce sujet. Tous les éléments sont déjà réunis sur ce blog pour le traiter de façon approfondie.
Notions du programme en jeu: la société (l'ensemble du sujet), la morale (partie 2, 3b et 4b), le devoir (partie 3b), la culture (partie 4), la politique, l'Etat (partie 4b)

Introduction
Formulation du problème: remettre en question une opinion archi dominante en Occident qui veut voir dans l'égoïsme un trait naturel du comportement humain qui fait que dominerait chez l'homme les penchants asociaux. S'agit-il d'une opinion fondée en raison ou d'un préjugé typique de la pensée occidentale? Cette citation de Sahlins incline à pencher plutôt du côté du préjugé:"[...] la notion occidentale de la nature animale et égoïste de l'homme est sans doute la plus grande illusion qu'on ait jamais connu en anthropologie." (Sahlins, La nature humaine une illusion occidentale, p. 55)
Démarche pour traiter le problème:
- soumettre d'abord à la critique le préjugé typiquement occidental qui veut voir dans l'égoïsme un trait naturel du comportement humain.
-montrer ensuite que pour le mode primitif d'existence de l'être humain ce qui prédomine ce sont au contraire les vertus de sociabilité et que l'égoïsme y est tenu pour une forme de pathologie mentale qui mérite de se faire soigner.
-retracer les conditions sociaux historiques du développement de l'égoïsme chez l'être humain: le principe de l'administration domestique puis la société moderne de marché.
-remettre enfin en question le concept de nature humaine; l'être humain est bien d'avantage le produit changeant des institutions de sa société plutôt que d'une hypothétique nature humaine immuable
qui serait partout et toujours la même. Dans cette mesure nos institutions actuelles n'auraient-elles pas besoin d'ëtre profondément transformées pour favoriser et encourager les comportements prosociaux plutôt qu'un égoïsme qui menace de désintégration pure et simple la société?

dimanche 19 juillet 2015

Bleu-Blanc-Rouge, épilogue: que faire?

Introduction
1-bleu-blanc-rouge-la tripartition du champ politique au XIXème siècle
2-bleu-rouge vs blanc, le grand tournant de l'affaire Dreyfus
3-l'effacement du clivage droite-gauche, sous le signe du drapeau bleu
4- Le cocktail du populisme d'extrême droite.


Que faire, si l'on ne veut pas de la voie régressive que représente l'extrême droite  face à la position hégémonique du drapeau bleu de la bourgeoisie? Face à la montée en puissance de l'extrême droite nationaliste, xénophobe et autoritaire, le socialisme conformément à ce que fût à ce que fût son inspiration la plus essentielle doit opposer point par point une autre anthropologie que celle de l'homo oeconomicus occupé à maximiser son gain aux détriments des autres, sa vocation universelle  et anti autoritaire. Pour le socialisme l'être humain est d'abord homo sociabilis, un être sociable fait pour coopérer. Il s'agit dans ce cadre de construire une coopération sur une échelle la plus large possible entre les groupes qui aspirent à sortir du cadre dominant de la concurrence et des lois du marché. La réussite de formes  alternatives de vie au capitalisme dépend fondamentalement de leur inscription dans un réseau de coopération le plus étendu possible qui n'est pas limité par d'étroites frontières nationales; c'est que qu'énonce la thèse 4 de de Sousa Santos et Rodriguez Garavito pour définir un ensemble de conditions qui rendent viables des alternatives au capitalisme:"Les alternatives de production doivent être ambitieuses en termes d'échelles." (dans Socioéconomie et démocratie, l'actualité de Polanyi, p. 140) Elle complète la thèse 2:"Le succès des alternatives de production dépend de leur insertion dans des réseaux de coopération et de soutien mutuel." (ibid., p. 137) Le caractère anti autoritaire est la troisième dimension essentielle du mouvement socialiste qui s'oppose frontalement à la tentation du chef autoritaire que promeut l'extrême droite. "Anti autoritaire" veut dire une chose précise: la seule solution émancipatrice à la crise de civilisation que génère le capitalisme est une radicalisation de la démocratie, à savoir son extension à  toutes les sphères de la vie sociale et particulièrement à celle de l'économie (contrôle démocratique de la production et de la monnaie). Les solutions dans ce cadre, doivent venir par en bas d'initiatives populaires et non par en haut des dirigeants des partis.
 Le socialiste anglais du XIXème siècle, William Morris, avait résumé de façon prophétique, tout ce que sera l'histoire du socialisme  jusqu'à aujourd'hui: "Les hommes combattent et perdent la bataille, et la chose pour laquelle ils ont lutté advient malgré leur défaite. Quand elle advient, elle se révèle être différente de ce qu'ils avaient visé, et d'autres hommes doivent alors combattre pour ce qu'ils avaient visé, sous un autre nom." (cité par M. Abensour, Préface à E.P. Thomson, La formation de la classe ouvrière anglaise, XLVIII)


vendredi 19 juin 2015

Le cocktail du populisme d'extrême droite

Plan en cours de développement:
Introduction
1-bleu-blanc-rouge-la tripartition du champ politique au XIXème siècle
2-bleu-rouge vs blanc, le grand tournant de l'affaire Dreyfus
3-l'effacement du clivage droite-gauche, sous le signe du drapeau bleu
4- Le cocktail du populisme d'extrême droite.
Epilogue: que faire ?


L'extrême droite actuelle n'est évidemment plus ce qu'elle pouvait encore être jusqu'en 1945 avant la chute du gouvernement de Vichy qui constitue, comme on l'a vu, la dernière tentative de restauration de l'Ancien Régime. Comme le concluait E. Weber, au terme de son travail sur l'extrême droite française de la première moitié du XXème siècle, "le royalisme est mort et enterré [...] Le Pen aurait pu n'avoir jamais entendu parlé de l'Action Française." (E. Weber, L'Action Française, p. 629)
L'actuelle populisme d'extrême droite n'en réactive pas moins certaines composantes de ce que fut autrefois l'emblème blanc de la nation. Il est constitué d'un cocktail à base de trois  ingrédients au moins. 

samedi 25 avril 2015

Philosophie de la monnaie, monnaies primitives vs monnaie moderne

Special purpose money primitives vs all purpose money moderne
Une monnaie peut remplir différents usages.  Elle peut donner lieu à un usage en échange: c'est son usage marchand;  elle sert à acheter et à vendre des biens et services. Elle a aussi un usage  en paiement: l'argent sert par exemple à payer des impôts et taxes; elle a encore un usage comme  réserve de valeur: la monnaie peut être stockée  et  accumulée; c'est ce que l'on appelait autrefois le trésor; enfin elle a un usage  comme étalon; c'est peut-être son usage le plus fondamental; l'argent sert d'abord à compter et à mesurer la valeur des biens; elle sert d'étalon  pour comparer la valeur de biens différents comme des poires et des pommes; . en ce sens, "ce que nous appelons "monnaie" n'est absolument pas une "chose", c'est une façon de comparer les choses mathématiquement, proportionnellement- de dire que 1 de X équivaut à 6 de Y. A ce niveau, elle est probablement aussi ancienne que la pensée humaine." (D. Graeber, Dette, pp. 66-67)  Nous voyons alors que les monnaies primitives sont très différentes de la monnaie moderne. On peut reprendre ici la distinction que faisait Polanyi entre monnaie à usage spécifique et monnaie pour tous usages